atelierMTL.JPG

La démarche de Marie-Pier Lopes s’inscrit dans une recherche engagée qui joue avec l’interprétation des sujets. Elle s’intéresse particulièrement à la façon dont le corps de la femme et sa sexualité sont dépeints dans notre société actuelle ainsi qu’à la consommation de ces différentes représentations. Elle se sert de sa propre expérience en tant que femme dans le domaine des arts, de la danse et de la mode pour poser un regard critique sur la représentation du corps féminin et sa perception dans un monde patriarcal capitaliste. Sa pratique rassemble autant la peinture que le collage et ces deux techniques se nourrissent l’une et l’autre dans ses œuvres. 

Depuis plusieurs années, elle accumule des coupures de vieux magazines, des livres et même des affiches comme matière première. Grâce au collage, elle détourne ces images de leur sens et elle crée une nouvelle narration – brouillant ainsi les pistes de lecture de l’image originelle dans une esthétique léchée. Le collage devient ainsi le point de départ de sa pratique, sans en être forcément une finalité. 

À l’aide de la peinture, elle transpose par agrandissement les sujets de ses collages sur de grands panneaux de bois. Puis, elle travaille l’image picturale par la modification ou par l’effacement de certains éléments de la composition – laissant le hasard guider ses gestes. Elle joue avec la texture pour laisser place au ressenti dans l’œuvre et elle se sert des couleurs pour dynamiser la relation des éléments de la composition. Grâce à ces manipulations, elle engendre un langage plastique qui poursuit la réflexion de ses sujets. 

Ses œuvres résultent en un équilibre fragile où, par une simple variation de la composition visuelle d’un médium à l’autre, la lecture d’un sujet ou d’une scène peut prendre un tout autre sens. L’iconographie et les symboles jadis utilisés à partir des coupures de magazines dans ses collages se retrouvent partiellement effacés – laissant ainsi le public face à une imagerie qui lui est vaguement familière, mais dont le sens originel est complètement détourné.